samedi 16 mai 2015

Pas si terne que ça ! Citerne #2

Amis modélistes bonjour,
Dans mon dernier article, nous nous sommes quittés sur une citerne je site « …esthétiquement très moche et sans roues !?... ».


Pour m’en sortir, je me suis raccroché à ce fameux « pédigrée » décrit dans ce même article. Il fallait que je retourne à mon avantage, l’état général de la citerne. Ma stratégie fût la suivante. J’ai joué sur sa couleur, je l’ai agrémentée de petits accessoires, d’une paire de roues pour son essieu et d’une roue de secours.

Sa couleur

Il fallait garder à l’esprit, qu’elle était le résultat d’années de rafistolage lié aux différents chantiers.
Pour rattraper ma citerne marbrée jaune, j’ai opté pour un rouge foncé pour son pouvoir couvrant. Tout en restant raisonnable sur la quantité, j’ai réussi à masquer sa couleur jaune.


La citerne peinte en rouge sous deux angles différents

Après séchage, je l’ai travaillée à la terre à décor pour un bel aspect mat d’une peinture fatiguée. Les différentes épaisseurs donnent en final le résultat escompté ; une citerne repeinte plusieurs fois localement, sans avoir bénéficié d’un ponçage complet avant reprise en peinture.


La citerne travaillée à la terre à décors
La roue de secours.
Plusieurs raisons à sa présence. Elle permet un rendu final plus original. Elle reste dans l’esprit d’une transformation lié aux besoins d’un chantier. Et enfin, une raison des plus pragmatiques, était les dégâts occasionnés par le solvant sur la partie avant de la citerne.

Aucune des roues n’étant récupérables, j’ai fouillé dans mes surplus et j’ai trouvé ma solution de sauvetage ; une remorque de camion en piteux état de la vieille marque NOREV.

En voyant la photo, vous reconnaîtrez les restes de la remorque à lait, donc les citernes blanches ont disparues mais pas les roues !

La remorque NOREV avec les roues
J’ai récupérée une des roues et un bout d’essieu. Seul le pneu a été repris à la peinture noire et « trempé » dans la terre à décor de la même teinte. J’ai simplement pré-percé au porte-foret, l’avant de la citerne au diamètre de l’essieu récupéré.

Perçage de l’avant de la citerne
Afin de solidariser l’ensemble, essieu et roue de secours, à l’avant de la citerne, un point de cyanoacrylate a suffi.


Roue de secours en finale
Des deux roues pour l’essieu.
J’ai gardé l’essieu « aiguille » d’origine pour les besoins du montage avec la partie châssis de la remorque.

LE TRUC
Le diamètre intérieur des roues récupérées sont trop gros pour l’essieu de la citerne et c’est là que l’allumette rentre en scène.

J’en coupe un morceau de 10 mm que j’enfonce à force dans le diamètre intérieur de la roue et répète l’opération pour l’autre roue. Un montage à blanc de l’ensemble, essieu et roues, me permet d’ajuster la longueur d’allumette nécessaire avant le montage final.

 les roues avec les morceaux d’allumettes
Comme l’essieu d’origine est une aiguille, une fois en place dans le châssis, j’ai simplement enfoncée à force les bouts allumettes et renforcé le tout avec de l’Araldite. Un petit raccord de peinture, de la terre à décors et le tour était joué.


 Montage finale de l’essieu.

Le robinet.
Qui dit citerne, dit robinet.

LE TRUC
La solution est venue en fouillant les surplus du club et je suis « tombé » sur une cloche… Non ! Une cloche de quai voyons…

La cloche et le détail de la croix.
Sa finesse ainsi que sa forme en croix a été une « révélation » (facile le jeu de mot !). Il m’a suffi de bien réfléchir à ma « découpe » pour qu’apparaisse en final la forme du robinet.
 Après la « découpe »
J’ai pré-percé l’arrière la citerne en partie basse, un point de colle et le robinet était en place.

 Détail du perçage de la citerne + le robinet.

 Après mise en place du robinet.
La chaîne d’attelage.
Entre l’anneau d’accrochage cassé et la béquille disparue, il fallait trouver une solution pas trop compliquée et plausible pour la mise en scène de la citerne.

En fait, une fois l’emplacement sur le chantier validé, une simple pierre fera office de cale pour la mise à niveau de la citerne.

Quant à l’anneau cassé, j’ai pris le parti de le cacher avec une chaîne d’attelage, ce qui donne plus de réalisme à la scène finale.

 Citerne mise en scène posée sur sa cale avec sa la chaîne d’attelage
Finition & intégration de la citerne sur le diorama.
Son emplacement ne devait pas être le fruit du hasard. Je l’ai donc enclavée dans un angle, pour montrer qu'elle est un, sinon le premier élément installé lors de la mise en place du chantier.

 La citerne coincée dans un angle du chantier.
Vu son état général, je l’ai sans hésitation encombrée de planches et d’une tôle ondulée. Cette dernière a été affinée sur ces bords, cintrée, peinte et finie à la terre à décors.


 La citerne encombrée de planche et d’une tôle ondulée.

Du fait de sa fréquente utilisation, j’ai créé une flaque d’eau au droit du robinet sur la zone arrière, avec un seau renversé au sol.

LE TRUC
La flaque est le simple résultat d’un peu de terre à décors noire frottée avec le doigt et lissée avec l’ongle pour donner un aspect légèrement brillant.

L’emplacement de la bétonnière à proximité de la citerne fini de légitimer son indispensable présence.

 Détail de la flaque, le seau et la bétonnière.

En espérant que le résultat soit concluant pour vous...

A très bientôt…


G. LAUZEILLE




Visiter la chaîne de RAIL91 sur youtube : http://www. youtube.com/user/clubrail91
Enregistrer un commentaire