lundi 29 janvier 2018

Marcigny : décors amovibles autour du château 2#

Notre précédent travail consistait à la réalisation des coques et à une première mise en décors avec la végétalisation des terrasses. Aujourd'hui nous passons à l'implantation de végétation haute.

Côté Marcigny, la pente au dessus du porche du tunnel est couverte de bruyère, et parsemé de buissons pour amener du relief. Des buissons sont également posés sur la coque amovible pour masquer la jonction.

Sur la banquette principale les buissons hauts et arbustes (Lichens floqués, plusieurs teintes de vert) sont posés sur le module et éventuellement collés contre la falaise. Des buissons bas sont collés sur la coque pour éviter les effets d'à plat.
Nous insistons sur le mélange des teintes de flocage, que ce soit pour les herbes ou pour les feuillages d'arbres. Cette variété (au moins trois teintes) amène une forme de naturel qui reproduit en partie la réalité. En effet les essences d'arbre et d'arbuste n'ont pas la même teinte de feuillage.


On distingue bien les nuances de vert qui amènent de la variété et donnent du relief au décors.
C'est d'autant plus important que les arbres sont plaqués à une paroi, il faut donc casser l'effet de plan.

La bordure de la falaise inférieure est habillée de végétation tombante. Nous utilisons du filet floqué étirable. Celui-ci s'accroche naturellement aux aspérités, mais un peu de colle blanche confirme la fixation.
Du filet est également fixé sur les séparations horizontales pour atténuer l'effet de rupture.

Sur l'autre côté du module, vers la porte médiévale, des pins avaient été installés sur le haut de la colline au pied des remparts du château.
Pour assurer la continuité, nous installons d'autre pins identiques sur la pente en exploitant les banquettes et les espaces sur lesquels ce type d'arbre pourrait pousser naturellement


Les blocs erratiques tombés de la falaise sont repris avec quelques touches de peinture
pour mieux les fondre dans le décor.
Un peu de gris-brun en dessous et gris beige marbré sur le dessus.
De la mousse pourra compléter l'aspect final.

 Cette colonisation fait l'effet d'une forêt qui grimpe à l'assaut de la pente jusqu'au mur d'enceinte.



Comme la nature s'installe aux endroits les plus inattendus, nous reproduisons ce phénomène avec un pin tortueux ancré à flanc de falaise dans une anfractuosité.

Le tronc est travaillé à chaud avec le côté d'un fer à souder (pas la panne), et déformé à volonté. Attention, y aller doucement au risque de couper le tronc!



On imagine bien la difficulté de cet arbre à pousser, cherchant l'eau de ses racines au cœur de la roche, résistant au vent
et se débattant pour monter vers la lumière!


Cette étape de plantation de grands arbres pourra être complétée d'arbustes et de petits arbres pour densifier
un peu l'aspect de la forêt : quelques buissons, quelques bouleaux et de petits feuillus seront donc ajoutés.

Il nous restera ensuite à travailler le château lui même : Poser les bâtiments, couvrir les toits de tuiles plates, travailler un peu la cour du château puis poser un fond de décors : ciel bleu avec quelques nuages pour faire ressortir les bâtiments ou ciel chargé annonçant un orage d'été ?

Ces éléments finis, nous attaquerons la route d'accès et les reliefs au dessus de la double voie.
Restez en ligne !

Rendez-vous sur la page dédié à l'exposition des 40 ans : http://rail91.blogspot.fr/p/exposition-40-ans.html Visiter la chaîne de RAIL91 sur youtube : http://www. youtube.com/user/clubrail91
Enregistrer un commentaire