mardi 23 décembre 2014

Tombereaux charbonniers à pas cher!

Les années 50 à 70, époque évoquée sur le  réseau de Marcigny sont encore synonymes de traction à vapeur et de chaudières à charbon. Et un long et lourd convoi de tombereaux variés, chargés du précieux minéral se doit de figurer parmi les circulations.
Pour ma part, il y a longtemps que je voulais un tel convoi. Réalisation!


Au fil des années, j'ai collecté plusieurs tombereaux de marques variées, peu onéreux, dans l'objectif de faire ce train de charbon. Peu importe leur couleur et leur précision, ils recevront une patine soutenue en raison de leur type de chargement! L'un d'eux était d'un joli vert tout à fait hors de propos !


J'en ai aujourd'hui 9 et je pense arriver à 12 puis 20 véhicules.

1 TP bois (Jouef)
3 UIC (Jouef)
3 métalliques d'origine Italienne (Lima)
2 métalliques type OCEM 29 (Jouef)







Peinture pour tout le monde ... ou presque!


Pour donner de la diversité au convoi, en plus de la forme, certains wagons sont donc repeints. On imagine ainsi qu'ils sont plus ou moins anciens ou sortent de révision à des dates différentes.

J'utilise de la peinture Humbrol avec laquelle je fais des mélanges pour obtenir des teintes appropriées.

Ces mélanges sont soigneusement notés sur des fiches cartonnées avec un échantillon de couleur et la constitution du mélange. Bien pratique pour refaire la teinte! (voir le chapitre "contre typage de couleur" dans le HS Locorevue "La peinture en modélisme")

Marquages


J'ai acquis une planche de décalcomanies pour tombereaux SNCF époque III de marque Carpena (Ref : 87.55 ) qui permet d'immatriculer 12 véhicules. Ceux qui ont reçu une peinture complète sont bien sur marqués. Les autres sont laissés tel quel, ou repeint partiellement en prenant soin de laisser  les marquages apparents.


Détails ! 

Il s'agit plus de petites réparations, car je ne souhaite pas me lancer dans un détaillage ultra précis.
L'un des véhicule (Lima) a par exemple perdu ses marchepieds, suite à une tentative d'amincissement qui a rendu fragile cette pièce.


Je refais donc ces marchepieds en prélevant deux bandes de plastique de 22 X 5 mm en 0,75 mm d'épaisseur.


Je perce trois trous au diamètre 0,55 mm pour y insérer des ronds en plastique de 0,50 de diamètre (Evergreen ref 218) et de 10 mm  de long.

Avant de les insérer, je reporte les trous sur le chassis du wagon en me servant de la plaquette comme repère.




Une clavette en fil métallique permet de maintenir la position à partir du premier trou.


Une fois les ronds collés (colle liquide en tube à aiguille) et pris, je positionne le marchepied sur le chassis en maintenant l'écartement régulier.

Ici une bande de 3 mm en chute de carton plume.

Une fois bien secs, les ronds qui dépassent à l'intérieurs du tombereaux sont arasés.






Cela redonne à ce petit wagon une allure correcte.
Il lui manque encore ses tampons qui n'étaient qu'évoqués par de vilains renflements sur la traverse de tamponnement.
Changeons ça!
Les tampons :


Il sont fabriqués maison à partir de pointes tête plate. Le diamètre du fil d'acier est de 1,7 mm.


Le fût est fait d'une bague de plastique tirée d'une gaine de fil électrique.

On peut ainsi produire à la chaîne des séries de tampons, disponibles à tout instant pour un besoin immédiat et conserver des tampons du commerce plus réalistes pour des productions plus minutieuses.

Il est nécessaire de limer sous la tête de clou les deux petites ailettes issues de l'écrasement du fil d'acier lors de la fabrication.
Choisir également les têtes les mieux formées, certaines sont un peu désaxées.

Les socles de tampons sont réalisés dans des rectangles de plastique de 0,75 d'épaisseur sur 2,5 x 5,5 mm, percés en leur centre à 1,5 mm. Ce trou est ajusté à la lime aiguille pour passer la queue de tampon. Le socle vient se positionner sur la traverse de tamponnement. Bien repérer l'écartement des tampons.


Astuce : J'ai ainsi une boite dans laquelle se trouve tout le matériel nécessaire à la production de tampons simples pour wagons de marchandises, et même le schéma de réalisation sous le couvercle de la boite!


Et de même pour tout le nécessaire de bricolage dont nous avons besoin comme le montre la photo des étagères au dessus du plan de travail.

Ces boites de sorbet ou de glace sont faciles à empiler, permettent d'y inscrire leur contenu et ne coûte que le "désagrément de les vider leur contenu initial".

Y a pire dans la vie !

Le chargement

Pas question de remplir totalement les wagons, la masse serai trop importante et risquerai de contribuer aux déraillements et à fatiguer les machines. D'ailleurs la norme NEM 302, qui donne la masse par véhicule, n'est pas inutile à relire de temps à autres.


Je procède, comme beaucoup d'entre nous, en préparant une forme en polystyrène extrudé ou en mousse rappelant les chargements par godet de grue, aux dimensions intérieures de la cuve. Je peint cette forme en noir mat (pour le charbon. Pour d'autre chargement on adapte la couleur!), puis une fois sèche, je l'enduit de colle blanche sur laquelle je saupoudre généreusement de vraie houille pilée et tamisée pour obtenir un grain de l'ordre du demi millimètre.

Ce chargement amovible permettra d'installer un dispositif d'éclairage de feux de fin de convoi.





La patine

Pour la patine, j'utilise indifféremment la peinture et la poudre à décor.


Pour ce tombereau TP, l'image du haut présente le modèle après peinture (brun wagon unifié). 

L'image du bas est une étape après un large badigeon de noir (poudre de charbon véritable) sur les partie hautes passé au pinceau semi raide de haut en bas en insistant sur les rainures horizontales et les portes d'accès. 

Le bas de caisse et le chassis sont teintés en brun et "poussière" en insistant dans certain coins pour la rouille (ferrure rivetées et chassis).


Les bogies ont encore besoin d'une patine brun sale "crasse unifiée" à partir d'un mélange de brun et de noir (2/3-1/3)


Le film de vernis mat passé après les décalcomanies pour les protéger aide à l'accroche des pigments.







Voila le début d'un joli convoi dont on verra bientôt les premières circulations autour de Marcigny pour alimenter le parc à charbon du dépôt comme ce convoi au départ de la mine de Grand' Combe dans le Gard en 1973!



1973 : Mine de la Grand'Combe - Gard.
Ce train de charbon est encore tracté par une 030 (?) comme celle préservée à l'AJECTA

Visiter la chaîne de RAIL91 sur youtube : http://www. youtube.com/user/clubrail91
Enregistrer un commentaire