mardi 15 mars 2016

Les Rapides de Marcigny.


Marcigny devient une ville de belle importance. Disposant déjà d'une compagnie de bus elle se devait d'avoir des arrêts réguliers pour les voyageurs afin de desservir les différents quartiers et les villages alentour.
Nous vous présentons quelques travaux réalisés pour combler ce manque.

Le projet et le chantier
Deux espaces spécifiques sont visés, de part et d'autre de la gare : Près du BV principal on trouvera la gare routière, et à proximité du BV annexe, le long de l'avenue Louis Armand, un arrêt important du centre ville. D'autres arrêts moins importants seront prochainement équipés par les Rapides de Marcigny *!

Il faut donc, à terme, disposer de plusieurs éléments caractéristiques qui permettent immédiatement d'identifier un arrêt de transport en commun, et une compagnie. On jouera donc sur des codes : formes et couleurs.

Le guichet de l'avenue Louis Armand
Comme d'habitude, deux pistes sont à notre disposition :

  • la construction intégrale, 
  • ou le détournement d'existant!


C'est cette solution que nous adoptons en récupérant un petit édifice vitré (peut être une ancienne gare de téléphérique), qui sera positionné le long de l'avenue et qui ne nécessite pas de gros travaux en dehors de la peinture, et un abri de quai dont il faut modifier la devanture.

Plusieurs personnages sont également à préparer pour une mise en scène cohérente :
  • bancs
  • personnages debouts
  • personnages assis
  • guichetiers et agents de la compagnie de car
Il sera également nécessaire de réaliser intégralement les poteaux d'arrêt de bus.


Les guichets
Pour le guichet vitré de l'avenue Louis Armand, nous réalisons cinq opérations simples :
  • La pose de rodoïd pour les vitres
  • La découpe et la fabrication d'une porte de service sur le côté
  • Une simple reprise de peinture du bâtiment
  • Un guichetier est installé à l'intérieur et deux panneaux de ligne de bus sont collés au niveau du toit sur les petits côtés

Une fois repeint et aménagé ...

...

... le bâtiment évoque bien un guichet de station de bus


Pour le guichet de la gare routière
La aussi le travail reste simple. Il faut évoquer sans trop passer de temps!

La devanture en cours de montage
  • Ajout d'une devanture avec tablette et vitrage
  • Reprise de peinture de la toiture, des éléments évoquant des pièces métalliques (consoles, treillis, bordures de toit)
  • Peinture de la devanture en couleur bois
  • Patine des murs
  • Découpe et ajout d'une porte de service entrouverte
  • Ajout d'un guichetier, d'un agent qui entre dans le guichet et des panneaux de ligne de bus en devanture et partie haute.



Présentation et montage "à blanc"
Sans être identique, la devanture s'inspire du guichet de l'avenue Armand.

Le code couleur des parties métalliques et des parties hautes rappelle également l'autre guichet pour une unité visuelle, sans être totalement identique.

Le vert est un Hb 88.

Les deux guichets en cours de modification


"Arrêt gare routière/ gare SNCF, correspondance pour Neuvy,
Château de Rochecize, Saint Julien"




Les poteaux d'arrêt de bus

Préparation des panneaux
Nous nous sommes inspirés des poteaux de la RATP. Il faut réaliser deux éléments : le poteau support et le panneau indicateur. 

Pour le poteau, dont la hauteur est estimé à 2,6 m en réalité, nous utilisons un fil de cuivre mono brin dénudé de 1,5 mm² de 35 mm de long. 

On ajoute à 5 mm de l'extrémité un tube pour représenter la base élargie du poteau. Ici c'est un tube plastique de 10 mm issu d'un coton tige. La partie restante en bas de poteau servira pour la fixation sur le réseau.



Elements pour une tête de vache
La forme particulière des panneaux RATP en parallélogramme avec partie supérieure et inférieur arrondie se nomme "tête de vache". 

Mais il sont un peu trop typiques pour être repris tel quel. Aussi nous les réalisons en tirant des disques avec un emporte pièce de 8 mm dans une feuille de plastique de 0.5 ou 0.75 mm


Les flancs sont deux rectangles de 8 x 9 mm, collés légèrement en biais sur les disques.

On s'arrange pour que l'espace entre les deux panneaux dans la partie inférieure, soit à la dimension du fil du poteau.

Tête de vache montée

Pour assurer la fixation en partie supérieure, on ajuste une pièce percée en son centre à 1,3 mm pour y insérer la partie haute du poteau sans que celle-ci ne dépasse.

On ajuste éventuellement à la lime aiguille.

Une cale peut être nécessaire en partie basse pour assurer le centrage et la solidité. 
Les parties en plastique sont fixées à la colle cellulosique. 

Quant au poteau on utilise de la colle cyanoacrylate.

Mise en peinture

Remarquer le tube en sur-épaisseur  pour le pied
On choisi une teinte brun rouge matte pour le poteau (HB 73).

Les panneaux sont peints en deux couleurs (rouge HB 174 et jaune HB 188) avec la classique séparation en biais si caractéristique des lignes de bus parisiens! C'est certes un choix discutable pour une ville de province mais c'est  très évocateur!

Pour réaliser cette mise en couleur, on découpe dans un bloc de polystyrène extrudé une forme pour recevoir le poteau. 

On trace un guide pour positionner d'un coup de pointe de lame de cutter la séparation en biais de façon identique pour chaque face de panneau.
Support et repère ...
Attendre que la peinture soit parfaitement sèche pour procéder.

Finir par les deux couleurs. D'abord le jaune, puis le rouge. En effet, le rouge est plus couvrant que le jaune, et permettra ainsi de parfaire la limite en cas de léger débordement.

La peinture doit être parfaitement mélangée. N'hésitez pas à agiter avec une tige métallique (proscrire les touillettes en bois qui laissent des particules dans le pot !)

Si nécessaire, passer plusieurs couches pour une belle couverture.
Certains poteaux ne portent qu'une simple cible bicolore.

... pour le traçage de la limite en biais

Ca commence à ressembler !


 Personnages et essais de mise en scène

Divers personnages à préparer
Pour les personnages, nous explorons toutes les réserves disponibles : des modèles très simples, peu détaillés, des personnages mieux finis, debout ou assis, certains en position "active" feront la population de ces arrêts de bus.


Parmi les différentes sources, certains sont réalisés dans un plastique souple a surface lustrée et non peinte.

Pour ceux là, une première couche de gris sert d'apprêt. 
Attention à bien mélanger la peinture pour parfaitement couvrir, mais sans empâter les détails.

Personnages en cours de traitement sur les supports à pinces
Les guichetiers et agents de la compagnie des Rapides de Marcigy sont détournés à partir de personnages militaires.


Repeints et pour certains avec une petite reprise de la casquette lorsqu'elle fait trop "allemande", ils rempliront parfaitement leur rôle.


C'est l'occasion de mettre à l'oeuvre les supports à pinces présentés dans un précédent article .




Les différentes pièces sèchent tranquillement
On peut également fixer temporairement une petite tige métallique dans le "fondement" des personnages pour les manipuler et pour les laisser sécher en les plantant dans un bloc de mousse.

Cette tige sera coupée lors de la mise en place définitive après une petite retouche de peinture éventuellement.





Les Rapides de Marcigny vont être bien présents sur le réseau





Pour finir, quelques photos en situation sur Marcigny

Encore peu de circulation ce matin, mais le premier bus de la journée est prêt au départ

L'arrêt des bus

Le guichet des Rapides de Marcigny et le petit square

Arrêt Mairie / La Tour

Avenue Louis Armand, centre ville

Les magasins de l'avenue depuis les quais de la gare


Nous retrouverons les Rapides de Marcigny prochainement avec la réalisation d'un fond de décor en trompe l’œil pour évoquer le dépôt des bus, près de la cour marchandise de la gare.

Restez en ligne !

*  La dénomination "Les Rapides de Marcigny" est une reprise de la proposition d'Eric Le Vallois, fidèle lecteur de ce blog !

Visiter la chaîne de RAIL91 sur youtube : http://www. youtube.com/user/clubrail91
Enregistrer un commentaire