vendredi 13 mars 2015

Ben mon cochon ! La ferme # 3

A la ferme du lieu dit “La Lison”, les bâtiments de l’exploitation agricole sont situés dans un triangle délimité par les voies extérieures de la gare de Marcigny, la  Route nationale 297 et … le bord du module.


Le corps de ferme est en forme de L dont le plus grand côté longe la nationale et la petite branche fait le lien ente celle-ci et les voies (article précédent). Un chemin d’accès depuis la route longe le bâtiment d’habitation et le contourne pour ensuite donner accès à la cour de
ferme puis poursuivre vers les champs en longeant la courbe des voies.


Le bâtiment agricole est constitué de 2 éléments. Une étable et écurie, surmontée d’un grenier forme l’angle avec l’habitation. Dans son prolongement un hangar ouvert permet de mettre les machines à l’abri.


Occupation de la zone de la ferme. Les transfos sont là
pour fixer un support en carton d'une des parcelle.
On devine la route sur le côté droit.
La maison d’habitation est de plain pied. Un fenil sous le toit est accessible par la claire-voie du pignon.
La cour est fermée sur l’autre côté par la basse-cours qui s’appuie sur une porcherie le long du chemin agricole. Juste après un pailler et une vielle grange terminent l’ensemble.

La porcherie : ce petit bâtiment abrite, comme son nom l’indique, deux cellules pour des porcs et l’accès au poulailler.


Structure :
Elle est réalisée à partir d’un bloc de polystyrène extrudé mis en forme au cutter.
On trace la position des ouvertures que l’on creuse pour donner l’impression de vide derrière les portes. Elles seront peintes en noir.


Les chaînages d’angle et les briques sont tracés à l’aide d’une pointe dure sans trop

appuyer. Le relief ainsi obtenu permet de bien restituer la maçonnerie.
Le dessus de 2 portes est évidé pour y insérer une chute de balsa évoquant un linteau en bois.
Une fois l’ensemble des ouvertures et des briques tracés, y compris aux endroits ou on veut évoquer un enduit parti, on badigeonne l’ensemble d’un fond blanc cassé (peinture humbrol), d’abord liquide pour s’insérer dans les interstices, puis avec une seconde couche plus chargée pour donner un peu de corps.
Les briques sont traitées presque immédiatement en Hb 70 (rouge brique).
Pour varier les teintes, quelques unes sont mêlées de noir.
On fabrique un jus gris (Blanc Hb 34 et noir Hb 33) dont on badigeonne les murs de façon irrégulière sous forme de traînées verticales de haut en bas.
Le même jus gris dilué est passé sur les briques en insistant vers le bas. A l’arrière de la bâtisse, on laisse apparaître les briques dont l’enduit de protection à disparu à cause de l’humidité et du salpêtre
.
Huisseries :
Les portes sont réalisées à la demande à partir de feuilles de plastique de 0,75.





On trace les planches verticales, puis on “hache” par une multitude de coups de cutter le bas (et le haut éventuellement) de la porte. On peut aller jusqu'à laisser un vide d’une planche trop abîmée.  Deux bandelettes de plastique sont collées pour les renforts. Pas de parallélisme pour ces vielles portes!.
Les planches sont striées à la pointe de la lame pour évoquer les veines du bois marquées par le temps.
Les portes sont peintes en couleur bois. Le bas est rehaussé de brun terreux, comme les bas de murs ou se frottent les porcs. Un voile de gris pale dilué vient finir l’aspect délabré et patiné par le temps et les animaux.


Couverture :
La toiture est tirée de chutes de plaque de toit en relief. Choisir de préférence des tuiles plates anciennes. On peut également procéder par moulage de plaque et prise d’empreinte avec de la colle blanche.
Reprendre la couleur des tuiles en les fonçant et en les panachant.
Dans les pignons; trois éclats de bois (allumettes, balsa…) simulent les pannes. Ces pièces de bois, comme les linteaux de porte sont peintes en gris délavé.



Résultat :
Ce choix technique convient bien pour de petite construction de ce type, y compris pour évoquer des murs pas très droits.

La réalisation est plus facile que de produire un équivalent par assemblage de plusieurs pièces. 

La matière est très agréable à travailler et permet de s’initier facilement à cette technique.



Conseil : si possible, ne pas utiliser les surfaces telle quelles. Le surfaçage industriel donne un aspect trop lisse. Préférez la coupe qui donne un aspect plus granuleux et aide à rendre les textures de maçonnerie ou passer un petit coup de papier de verre grain fin.

Reste à faire l’enclos avec les porcs et la basse-cours, objets de prochaines publications.

Vue " aérienne"  de l'agencement de la ferme de La Lison
En haut derrière le bâtiment, la route
A droite en biais, le bord du module
A gauche, la liaison avec les parcelles suivantes
En bas la courbe des voies.

Visiter la chaîne de RAIL91 sur youtube : http://www. youtube.com/user/clubrail91
Enregistrer un commentaire